Koka, élu restaurant suédois de l’année 2015

En 2013, lors de ma première escapade gourmande à Göteborg , j’avais lu de très bonnes critiques sur ce restaurant. Je l’avais découvert grâce au « White guide »,  qui répertorie les meilleurs restaurants de Suède.

13062483_10209344166145259_8396373967247283354_n

Pendant 14 ans, ce restaurant s’est appelé « Koch & Vin » signifiant Cuisine et Vin. Il représentait la gastronomie de l’ouest de la Suède. C’était un restaurant dans l’esprit du guide Michelin. A cette époque, il y régnait  une ambiance « protocolaire », la cuisine était raffinée et on sentait un véritable amour du vin. La clientèle était BCBG. Nous étions loin de l’esprit du Fooding. Continuer la lecture de Koka, élu restaurant suédois de l’année 2015

Washington, DC meets Paris

FullSizeRender(2)« Toute belle rencontre commence par un premier échange. »

Toute cette belle aventure humaine de « Bienvenue à ma table » a commencé en 2008. C’était le printemps, j’étais de sortie et j’ai rencontré autour d’une table, d’un verre plus précisément, des danois en vacances à Paris. Un lien s’est créé. Avant de les rencontrer, j’avais acheté un billet pour Copenhague. Heureux hasard de la vie !? Deux mois après, ils m’ attendaient à l’aéroport et un délicieux repas local avait été réalisé pour ma venue. Il y avait une salade d’algues avec ses graines de sésame torréfiées… Délicieux ! Continuer la lecture de Washington, DC meets Paris

Restaurant Clandestino, Paris.

Avec le réseau social de Bienvenue à ma table, nous organisons souvent des sociales dîners chez Miss Terroir au 3 rue Crozatier, à Paris dans le 12 ième arrondissement. Il se trouve que Clandestino se situe au numéro 8.

Dans un premier temps, c’est le bouche à oreille de ce restaurant éphémère, qui a attiré mon attention, puis l’article du Fooding. Continuer la lecture de Restaurant Clandestino, Paris.

Restaurant Frantzén Lindeberg, Stockholm Sweden

Casual elegance is how Björn Frantzén and Daniel Lindeberg describe their eponymous Stockholm restaurant, which has become one of Scandinavia’s leading lights in food. It’s a description that encompasses the cooking style, ingredients and the pace of the meal, as well as the dining room itself. While many ingredients are plucked from the restaurant’s own garden or sourced from local suppliers, the pair’s intention is to create a meeting between the Nordic countries and Asia. Continuer la lecture de Restaurant Frantzén Lindeberg, Stockholm Sweden

Restaurant Pierre-Sang Boyer

Après avoir publié cette photo du restaurant Pierre Sang Boyer sur facebook, beaucoup d’entre vous m’ont dit : « Alors, c’était comment son restaurant !? C’était bon !? (…) »

Là du coup, pour répondre à vos interrogations j’ai changé ma façon de faire. C’est à dire que, habituellement, j’aime bien aller 2 fois dans les restaurants pour tester le midi et le soir puis écrire un billet. Là, je ne sais pas pourquoi, mais je suis certain que la prestation de celui-ci sera identique dans deux mois et cela répondra à votre curiosité!

Cette sortie s’est faite en charmante compagnie. J’étais avec Célia, entrepreneur à Cook-o. Continuer la lecture de Restaurant Pierre-Sang Boyer

Déjeuner chez Miss Lunch

Miss Lunch, c’est mon restaurant Coup de Coeur de ce début d’année 2012!

Miss Lunch, c’est Claude Cabri, une artiste culinaire cosmopolite qui réside à Paris.  Elle a commencé à donner des cours de cuisine chez elle et a réalisé des performances culinaires avec ses repas clandestins (restaurant à la maison où les participants sont informés de l’adresse à la dernière minute). Cette expérience a duré un peu plus de 4 ans. Continuer la lecture de Déjeuner chez Miss Lunch

Roger la Grenouille

Au coeur de Paris se trouve la rue des Grands Augustins qui abrite depuis 1930 le restaurant « Roger la Grenouille ». C’est l’un des restaurants les plus typiques et authentiques de la capitale. Cette ancienne échoppe de cordonnerie transformée par Roger Spinhirny a été l’une des tables les plus réputées de Paris. Après avoir accueilli les plus grands de ce monde, dans une authenticité qui a fait sa réputation, l’adresse est aujourd’hui très prisée des  étrangers comme des parisiens. La renommée de ce lieu a dépassé les frontières depuis de nombreuses années.

Dans ce lieu hors normes, Picasso dînait très fréquemment comme Jean Rostand qui prenait toujours le temps de faire un tour en cuisine pour contempler les cuisses de grenouilles (qu’il dégustait plusieurs fois par semaine!). Rita Hayworth y rencontra le prince Ali-Khan, l’aviateur Antoine de Saint-Exupéry y passait tellement de temps que ses relations avec Roger était devenues amicales…

 

Depuis février 2006, ce bistrot contemporain a été repris par Sébastien Layrac (gérant du restaurant Allard à deux pas de chez Roger) qui lui a redonné toute son âme et son identité.

J’ai souhaité vous présenter ce bistrot pour différentes raisons. La première, comme vous avez pu le lire est l’âme de ce lieu chargé d’histoire. La seconde est l’authenticité de ce restaurant. Aussi, j’ai beaucoup apprécié le service lors de mes repas et mes visites. J’ai ressenti une belle complicité, du plaisir et un vrai travail d’équipe (Jean Luc, Charlotte, Jennifer…). Des personnes qui aiment ce qu’elles font et en plus, le font de manière professionnelle. Pour terminer, je vous conseillerais d’y aller pour le plus important: ce que l’on trouve dans son assiette.
Puis, nous poursuivrons avec l’histoire du lieu en images…et je vous ferai découvrir la cuisine de la maison. J’espère que vous vous régalerez autant que je me suis régalé!

Les grands de ce monde, de la Reine-Mère d’Angleterre au Pape Jean XXIII, en passant par le président Auriol ou des personnalités du monde du spectacle, tous se retrouvent autour de cette table.

Ci-dessous Pablo Picasso et une amie.

Antoine de Saint Exupéry, Patrick Dewaere et Gérard Dépardieu.

C’est un établissement qui a su parfaitement se fondre dans le paysage d’un quartier chargé d’histoire. De Louis XIII au génie de Picasso dont l’une des plus célébres toiles, Guernica, vit le jour dans l’atelier voisin où il avait élu domicile de 1936 à 1955. La rue des Grands-Augustins était connue pour sa vie nocturne où des filles de joie alpaguaient le client pour un plaisir furtif dans les gargotes et les bordels.

C’est l’après guerre qui apporta un souffle nouveau au quartier en devenant le repère des écrivains, philosophes, poètes et autres peintres. Artistes et fêtards, les résidents du quartier ont laissé à tout jamais une empreinte de leur passage.

Le restaurant de nos jours en images:

Côté rue des Grands-Augustins.

Sur la droite du restaurant se trouve l’entrée, côté cours.

Vous ne regarderez plus ce panneau de la même façon maintenant que vous connaissez l’histoire.

La salle principale

C’est un musée vivant…

Vous découvrirez un lieu unique!

Le restaurant possède 2 salles qui permettent d’accueillir plus de 60 gourmands.

Un cadre authentique.

avec un service professionnel.

Côté cuisine:

Je retrouve le chef Pascal Delecourt (à gauche sur la photo ci dessous) qui m’informe de leur exigence quant à la qualité des produits.

Ils privilégient l’achat de produits frais comme les cuisses de grenouilles et le fait maison comme le baba au rhum. Les viandes viennent de la boucherie d’Hugo Desnoyers, le boucher des grands.

La viande bovine est issue du cheptel français. Il sélectionne l’Aubrac pour sa rusticité. L’agneau nous vient de la Lozère, les poissons et crustacés de la Normandie. Une carte qui privilégie la qualité et l’origine en évoluant au fur et à mesure des saisons.

Il n’y a pas de secret pour la qualité, ça doit commencer par la sélection des produits!

Côté assiette :

En entrée, je vous suggère l’assortiment de foie gras et chutney d’ananas, les cuisses de grenouilles à la provençale ou les cuisses à la purée d’ail jus de persil.

Légumes grillés et tapenade.

La spécialité de la maison se décline en 3 formules que l’on peut déguster en entrée ou en plat.

Les classiques:

– à la provençale,

– à la purée d’ail et jus de persil,

– au vin blanc et crème de de ciboulette.

Les inventions :

– sauce vin blanc tomate et romarin,

– à la niçoise aux citrons confits, tomates séchées et olives noires et

basilic,

– à la Grenobloise câpres petits croûtons frits et jus de citron.

Les saveurs d’ailleurs:

– à l’Orientale,

– à l’Andalouse,

– à l’Indienne.

Cuisses de grenouilles à la purée d’ail et jus de persil.

Cuisses de grenouilles à la provençale.

Cuisses de grenouilles au vin blanc et crème de ciboulette.

Cuisses de grenouilles sauce vin blanc tomate et romarin.

Si toutefois vous souhaitez prendre une viande, l’agneau rosé est délicieux et le magret du Sud-Ouest pomme fruit caramélisée parfaitement préparé.

Pour les amateurs de poisson, vous retrouverez à la carte de la daurade et de la lotte.

Pour les desserts, je vous suggère le baba au rhum maison, le mille feuilles croustillant aux fraises…

Assortiment de sorbets et ses meringues.

Une assiette gourmande pour finir sur une note sucrée !

Paris possède plus de 10 000 restaurants, alors si vous cherchez de l’authentique et de la qualité, c’est une adresse incontournable:

Roger la grenouille

26-28 Rue Des Grands Augustins, 75006, Paris,

Tel: +33 1 56 24 24 34

Crédit photos Bienvenue à ma table – Roger la Grenouille © Bienvenue à ma table

Le contenu n’est pas libre de droits.

TOUS DROITS RÉSERVÉS. ALL RIGHTS RESERVED.

Continuer la lecture de Roger la Grenouille

Le café du commerce

Entrée / Vue du haut

Ce que j’aime dans les restaurants, c’est le contrat qu’ils proposent, c’est à dire : le thème, le cadre, l’assiette et l’esprit de la maison.

Le Café du Commerce est le premier restaurant indépendant de Paris avec plus de 450 couverts/jour. Ce lieu a été créé en 1921 et l’esprit d’authenticité y règne encore à travers son cadre bistrot, sa sélection de recettes, ses 110 cadres publicitaires d’époque et la volonté d’Etienne Guerraud, le maître des lieux. Continuer la lecture de Le café du commerce

Bimbimbap


Le bibimbap est un mets très populaire en Corée, mais qui n’a pas de recette bien établie. La plupart du temps, il s’agit d’un mélange de riz, de viande, de légumes sautés… relevé par du piment et servi dans un bol en fonte chaud. Il s’agrémente souvent de soja, de kimchi, d’algues…

J’ai rencontré Monsieur KWON Young-Chul qui est le Chef cuisinier et le président de l’association des restaurateurs Coréens de Paris, Madame gère la salle dans ce restaurant plutôt discret sur le boulevard de l’Hôpital.

Le JAPCHAE est un plat à base de légumes mélangés, qui peut être mangé chaud ou froid. Il contient différents légumes comme des champignons, des graines de sésame, du poivron… et du piment.

Yachae Gunmandu Ravioles aux légumes
La bière de la Corée du Sud
Sonnerie de table
Nous avons été interviewés par la télévision Coréenne car nous faisions nos food reporters pour le site sur ce restaurant.
Le bulgogi appelé aussi le barbecue Coréen est une viande marinée puis grillée, généralement du bœuf ou du porc.

Le banchan est un plat qui accompagne le riz que tous les coréens mangent avec leurs repas. Ici de haut en bas et de gauche à droite le Lotus, tige d’ails (aulx), courgettes et cacahuètes.

Un fondant au chocolat (plutôt moelleux lors de ma venue) avec des miettes de pistaches et de cacahuètes.

Je vous conseille d’aller découvrir ce restaurant pour le plaisir des papilles et des pupilles. A noter qu’il possède une cave voutée qui vous rapellera les caves polonaises.

32 Boulevard de l’Hôpital
75005 PARIS FRANCE

Crédit photos Bienvenue à ma table – Bimbimbap © Bienvenue à ma table

Le contenu n’est pas libre de droits.

TOUS DROITS RÉSERVÉS. ALL RIGHTS RESERVED.

Continuer la lecture de Bimbimbap