L’enquête Campbell

Les livres dédiés aux régimes sont d’immuables succès de librairie. La majorité des magazines populaires prodiguent des conseils en nutrition, les journaux y consacrent régulièrement des articles, et la télévision et la radio proposent constamment des émissions sur les régimes et la santé.

Malgré ce déluge d’informations, êtes-vous sûr de savoir ce que vous avez à faire pour améliorer votre santé ?

Dans cet ouvrage, le Docteur Campbell parle de son cheminement personnel et partage quarante années de recherches scientifique, d’enseignement, d’élaboration de politiques aux plus hauts niveaux de la société. Il vous propose de redéfinir ce qu’il entend par une « bonne alimentation » et prouve que bien manger peut vous sauver la vie.

Le docteur nous parle qu’il a grandi dans une ferme laitière et était lancé sur la voie qui prônait les effets bénéfiques pour la santé de la consommation de viande, de lait et d’œufs. Il ne se doutait pas que le hasard de la vie allait lui démontrer que cette alimentation animale augmentait considérablement les taux de cancers.

Dans cette société, lorsque vous tenez un discours différent, vous êtes pointer du doigt. Lorsque cela peut nuire à des lobby, vous êtes un homme à abattre.

« Par exemple si j’affirme que les cigarettes sont mauvaises pour vous et que je fournis en plus une montagne de preuves soutenant mes dires, l’industrie du tabac trouvera le moyen de pointer du doigt un détail resté non résolu et prétendra que l’opinion voulant que le tabagisme soit malsain fait l’objet d’une controverse, ce qui viendra annuler mes affirmations. C’est choses faciles à faire, puisqu’il  aura toujours des détails restés insolubles. C’est la nature de la science. Des groupes se servent de la tactique de la controverse pour saper certaines idées, mettre des bâtons dans les roues aux recherches amoindrir au maximum la politique publique. Le soutien de la controverse dans l’intention de discréditer les découvertes succeptibles de causer des troubles économiques et sociaux est l’un des plus grands péchés de la science. »

Il nous explique les bienfaits d’une alimentation végétarienne, qui est pour lui sans conteste la fonction préventive qu’elle exerce sur un grand nombre de maladie.

« Par contre, si j’évoque les dizaines d’études qui attestent que le pays où les maladies du cœur sont moins répandues sont également les pays où l’on consomme le moins d’aliments d’origine animale, ou si je parle des dizaines d’études qui prouvent que les gens qui mangent la plus grande quantité d’aliments d’origine végétale ont le moins de maladies du cœur, et si j’ajoute, de surcroît, les résultats d’un nombre encore plus élevé d’études prouvant que les aliments non raffinés d’origine végétale peuvent ralentir et même inverser les maladies du cœur, les gens sont alors plus enclins à m’accorder leur attention. Et si je continue d’étendre mon argumentation non seulement aux maladies du cœur, mais aussi à l’obésité, au diabète de type 2, au cancer du sein du côlon, de la prostate, à la sclérose en plaques et aux maladies auto-immunes, il est bien probable que ces personnes ne toucheront plus jamais un morceau de viande de leur vie. »

Aujourd’hui, plusieurs médecins, scientifiques et auteurs parlent des controverses et paradoxes que nous avons dans notre alimentation. Pour exemple, Marion Kaplan en France dans son livre « Alimentation sans gluten ni laitages » fait le même diagnostic que le Docteur Campbell aux États Unis sur le lait de vache.

« Le moins que l’on puisse dire, c’est que quelque chose cloche puisque c’est précisément dans les pays grands consommateurs de lait de vache et ses dérivés que les os sont le moins solides et le taux de fractures le plus élevé. »

J’ai parcouru ce livre qui m’a souvent rappelé le message de Jean Seignalet dans son livre « L’alimentation ou la troisième médecine« .

« Théoriquement, je crois en la santé holistique, mais pas sous forme d’une expression accrocheuse qui désigne n’importe quelle discipline non conventionnelle et souvent non confirmée. L’alimentation et la nutrition, sont de première importance pour notre santé. Manger est peut-être le contact le plus intime que nous ayons avec le monde. C’est un processus au cours duquel ce que nous mangeons devient une partie de notre corps. Mais d’autres éléments sont importants, entre autres l’exercice physique, la santé mentale et émotionnelle et le bien-être de notre environnement. Et à mes yeux, c’est cela un concept holistique. »

Dans la jungle des publications des livres de santé, je vous conseillerai de le lire en premier. Lors de mon cheminent personnel, j’ai lu différents ouvrages et celui-ci est devenu un incontournable. Je comprends la raison pour laquelle il est devenu un Best-Seller.

Aujourd’hui, je suis devenu végétarien par conviction. Cela n’a pas toujours été le cas. Il y a bien longtemps, j’avais obtenu un brevet professionnel de boucher et j’étais un professionnel de la viande. Mes lectures, mon expérience personnel et les résultats de mon alimentation m’ont permis de changer. Alors pourquoi pas vous ? Voici quelques extraits qui ont retenu toute mon attention.

« Les gens qui ont le plus d’énergie sont ceux qui mangent le mieux. Cette synergie entre l’alimentation et l’activité physique est extrêmement importante et prouve que des deux aliments de la vie sont indissociables. »

« Qui plus est, il s’avère que si nous mangeons ce qu’il y a de mieux pour notre santé, nous collaborons en même temps à la santé de la planète. »

« La santé se tisse dans un merveilleux canevas, des molécules aux gens, en passant par les autres animaux, les forêts, les océans, et l’air que nous respirons. Eh oui, c’est la nature qui est à l’œuvre, du microscopique au macroscopique. »

« Comme vous finirez par le constater, presque tout est gouverné par la règle d’or, c’est à dire que  celui qui possède l’or est celui qui établit les règles. »

« L’aspect le plus destructeur de ce système n’a rien de sensationnel et ne ferait sans doute pas beaucoup de vagues s’il était exposé au grand jour. Il s’agit d’un ennemi silencieux que peu de gens voient et comprennent. »

« Aucune expérience n’est aussi personnelle et puissante que celui de personnes qui ont perdu la santé prématurément. »

« L’ironie veut que j’aie appris énormément en ayant été élevé dans une ferme laitière et que mon travail soit aujourd’hui accusé de contrer les intérêts agricoles. »

« Certaines personnes qui occupent des postes très influents au sein du gouvernement et des universités se posent comme des experts scientifiques, alors que leur véritable boulot est d’étouffer tout débat scientifique ouvert et honnête. »

Si vous avez pris le temps de lire cette publication, c’est que vous avez conscience de changer d’alimentation. C’est peut-être le moment de commencer votre transition alimentaire ! Prenez votre temps, nous n’avons pas tous le même chemin de vie. Prenez soin de vous !

Crédit : Lola Akinmade Åkerström

A propos

Facebook 

  Instagram 

Twitter

Pinterest

#BienvenueAMaTable

© Tous droits réservés. All rights reserved © Bienvenue à ma table 2017

Tous les textes et photos sont la propriété de © Bienvenue à ma table, merci de ne pas utiliser sans autorisation.

4 réflexions au sujet de « L’enquête Campbell »

  1. Ce livre a été pour moi une révélation dans mon choix de transition alimentaire. J’ai gagné en énergie, en paix intérieure et en conscience depuis ce changement.
    Merci pour ton article.

    1. Merci pour ton témoignage Christelle !
      Ce livre est une vraie source d’inspiration qu’il faut partager. Il est important que chacun d’entre nous puisse manger en pleine conscience.

    1. J’ai parcouru beaucoup de livres sur l’alimentation et la santé durant une année scolaire. J’aurai vraiment aimé commencé par celui-ci. Après, vu tes lectures et la formation que tu as acquise, je pense que la connaissance qu’il apporte, tu la maitrises déjà Joy! Bonne continuation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *