Vivre 35 jours sans achat alimentaire

Je n’avais pas prévu d’écrire un article sur cette expérience « Vivre 35 jours sans achat alimentaire » pour la simple et bonne raison que je ne savais pas que j’allais la réaliser.

Je suis rentré de vacance le 25 juillet et j’avais décidé spontanément de ne plus rien acheter afin de vivre du potager, des bocaux, conserves, épicerie, de la nature, et pourquoi pas de dons et du troc ! L’idée de départ était simplement de minimaliser mon stock de denrées alimentaires et de profiter pleinement du potager. Depuis plusieurs années, j’ai besoin de faire du vide dans ma vie au quotidien. Ce choix s’est donc imposé naturellement. Pendant cette expérience, mon frigidaire a été vide en permanence.Voici quelques photos de ma storie Instagram.

Avec un peu de recul, je suis ravi d’avoir profité pleinement du potager, de la nature en ne faisant aucun gaspillage. Les fruits moches, abîmés ont été cuisiné, les stocks de bocaux, conserves et d’épicerie ont été mis à mal et le congélateur a été vidé.

« J’ai vécu au jour le jour sans me soucier du lendemain. »

Pour cela, j’ai réalisé mes laits végétaux le matin, j’ai fabriqué mes pâtes, j’ai tout fait-maison. Après 3 semaines d’expériences, je me suis aperçu que rien ne m’avait vraiment manqué. J’ai  pris du plaisir à manger une simple salade du jardin avec un trait d’huile d’olive et du vinaigre balsamique. Je me suis lancé dans des idées plus ou moins créatives comme du pain aux sésames et épices, des boulettes de cheveux d’anges tomates confites, du houmous de marrons, des pâtes aux abricots, du tartare d’algues, des makisotto… J’ai ressenti du plaisir dans mes assiettes et aucun manque ! Voici quelques exemples de plats simples et sains que j’avais réalisé.

Tartare algues lacto fermentés
Tarte aux 2 tomates sur lit de moutarde à l’estragon, pâte à l’huile d’olive.
Salade sucrée salée composée de betterave, nectarine, raisins du jardin et de graines.

Rouleaux d’été avec la salade, la betterave et les fleurs de menthe du jardin. J’ai testé aussi avec le tofu mariné, la salade de riz noir de la veille (…)
Makirisotto aux cèpes
Salade de riz noir bio complet et légumes lacto-fermentés maison, tomates et salade du jardin, tofu mariné tomate et basilic.

Une conséquence de cette expérience : c’est que j’ai rempli le compost alors que la poubelle est restée vide comme le frigidaire. Pendant 35 jours, j’ai épuisé le stockage de denrée sauf d’épices, j’ai réalisé zéro gaspillage, optimisé le potager, favorisé un début de troc alimentaire entre voisins, limité les déchets, stimulé mon cerveau droit, incité au don, réduit les emballages et nettoyé mes meubles vides. Pendant cette période, on m’a donné une quinzaine d’œufs du département et du pain. Les fruits et légumes du jardin bio ont pratiquement disparu. Voici quelques cueillettes du mois d’août.

Graines de coriandre

Vivre avec peu stimule la créativité et un soir, j’ai confectionné cette tartelette crue du jardin avec 5 ingrédients.

Je me suis vraiment régalé ! J’ai pris conscience que l’abondance de cette société pouvait brider notre créativité ou avoir l’effet inverse. Être créatif avec rien, c’est en quelque sorte être riche !

Pendant cette expérience, j’ai mangé des produits « périmés« , « moches« , beaucoup de « salades montantes » et des produits que j’affectionne peu comme le raisin. J’ai repris goût au raisin et à bien d’autres nourritures.
J’ai trouvé cette expérience très intéressante, enrichissante et aussi très cohérente avec ma façon de penser. J’ai mangé local et bio, j’ai limité mes déchets et mon empreinte carbone. J’ai enrichi mon compost, ma créativité et ma cuisine. J’ai vécu simplement sans superflu. Je pense que savoir vivre avec peu contribue à notre bonheur.

Cette expérience m’a rapproché de la philosophie  d’Épicure : j’ai bu lorsque j’avais soif et mangé lorsque j’avais faim, j’ai vécu selon mes principes, cultivé l’amitié et mené une vie frugale.  Pour atteindre le bonheur, la frugalité est un tremplin qui nous y fait parvenir par le pouvoir du moment présent.


Je vous souhaite de vivre de belles expériences de pleine conscience et d’amour. Merci pour vos mots et votre fidélité.

Greg Paq

Crédit: Framboize

A propos

Facebook 

  Instagram 

Twitter

Pinterest

#BienvenueAMaTable

© Tous droits réservés. All rights reserved © Bienvenue à ma table 2017

Tous les textes et photos sont la propriété de © Bienvenue à ma table, merci de ne pas utiliser sans autorisation.

6 réflexions au sujet de « Vivre 35 jours sans achat alimentaire »

    1. Merci pour tes mots Joy. J’ai trouvé que l’expérience était à la fois un enseignement et une action éco-citoyenne. C’est la raison pour laquelle, j’ai pris le temps de la partager. Et comme le dit si bien Gandhi : « Ma vie est mon message. » Bonne continuation !

    1. J’ai mis en pratique la philosophie d’Épicure qui disait ceci : « Une nourriture simple, en compagnie de vrais amis, est plus importante pour le sage qu’une nourriture riche qui peut rendre malade. » Merci pour tes mots Christelle. Bisous

  1. Ton article m’a vraiment intéressée. Je n’ai pas de potager ( je vis en centre ville). Mais il m’est arrivé d’aller glaner ma nourriture en fin de marché. Je suis sensible au zéro déchet, à la lutte contre le gaspillage alimentaire et à une consommation plus vertueuse. Une seule glane un dimanche de la fin mai m’a permis de créer 9 délicieux repas pour 2 personnes, chacun équilibré, nourrissant et joli à regarder ! J’ai passé une journée à trier et nettoyer et ça m’a ouvert une semaine très stimulante côté découvertes. Merci d’avoir relaté et documenté ton expérience. Est-ce que tu continues ?

    1. Bonjour Laurence,
      Merci pour ton message ! J’ai eu l’occasion de participer à des récupérations de fruits moches, abîmés … que les magasins bio jettaient. C’est incroyable de voir tout ce gachis ! De nos jours, c’est normal de passer à côté d’une personne qui dort dans la rue, de Jeter des ordures par terre, de gacher de la nourriture (…). Nous vivons dans l’abondance, nous avons perdu la valeur du travail et nous sous traitons la culture de nos denrées. Je crois que chacun d’entre nous doit agir immédiatement. C’est ce que tu as fait. Bravo ! Pour répondre à ta question, je testerai cette expérience régulierement été comme hiver.
      Là, je viens de partir dans le sud quelques semaines pour continuer à expérimenter le solaire. Je souhaite l’intégrer dans mon quotidien. IL est urgent que chacun d’entre nous chemine pour le bien commun. Encore merci pour tes mots. Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésites pas. Bonne continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *